Description

En 1946, l'extension de la citoyenneté française aux sujets indigènes a profondément bouleversé ce qu'on appelait alors la France coloniale. En Nouvelle-Calédonie, un nouveau parti a dès lors occupé le devant de la scène politique des années 1950 à 1970 : l'Union calédonienne. Celle-ci réunissait, selon le vocabulaire de l'époque, autochtones et Européens. Cette séquence historique apparaît à bien des égards énigmatiques. Cet essai de micro-histoire représente une contribution majeure à une compréhension renouvelée de l'économie politique et morale des situations coloniales. Il enrichit ainsi le débat qui fait actuellement rage à propos des études postcoloniales. Et il sort de l'oubli une page cruciale de l'histoire du Pacifique Sud.

Notes

Moyenne

Pas de note

Avis des utilisateurs

Pas d'entrée