Description

De 1863 à 1931, la Nouvelle-Calédonie est connue sous le nom de « la Nouvelle ». Vingt-deux mille transportés des travaux forcés, plus de 4 000 déportés politiques, surtout de la Commune de Paris, près de 4 000 relégués, en majorité récidivistes de délits mineurs, auxquels il faut ajouter plus de 1 000 femmes transportées ou reléguées y débarquent, faisant de cette terre kanake du Pacifique Sud, l’archipel des forçats. Louis-José Barbançon retrace l’histoire de la Transportation des forçats à « la Nouvelle ». Une histoire vécue à travers l’exemple du premier convoi de 250 forçats de l’Iphigénie, arrivés dès 1864. Comme l’écrit l’auteur : « dans un pays d’immigration, l’importance dévolue aux premiers arrivés, pionniers volontaires ou malgré eux, reste une dominante de la conscience collective. On a les Mayflower qu’on peut ». Il s’agit par une étude exhaustive des dossiers individuels de ces premiers transportés de retrouver leurs origines et de découvrir leur vie et leur devenir dans la colonie pénitentiaire. Ce ne sont pas des forçats virtuels qui sont mis en scène mais bien des hommes de chair et de sang replacés dans le contexte historique d’une terre de bagne, face à la répression ou à la réhabilitation. L’originalité de ce travail tient dans le fait qu’au-delà des lois, des statistiques, de la chronologie, l’auteur tente de donner la parole à des femmes et à des hommes de rien dont il est lui-même originaire, faisant accéder ces oubliés de toujours, comme l’écrit en préface Michelle Perrot « à la dignité de l’Histoire ».

Notes

Moyenne

Pas de note

Avis des utilisateurs

Pas d'entrée