Description

Au croisement de plusieurs langues et idiomes, de plusieurs domaines de recherche et techniques d’analyse textuelle - littérature et traductologie d’une part, stylistique, psychanalyse et génétique d’autre part –, cette étude cherche à retracer les procédés de réécriture mis en œuvre par Samuel Beckett lorsque ce dernier s’auto-traduit. Le corpus, qui comprend la plupart des textes dits « courts » de Beckett, nouvelles et pièces, couvre les années 1946-1980. L’étude s’appuie essentiellement sur une lecture comparée des versions jumelles qui révèle la topographie modifiée du texte auto-traduit, lequel constitue un des seuils de l’œuvre. Elle prend aussi largement en compte les avant textes bilingues, objet d’une attention particulière en annexe. La traduction se révèle être un art de l’empêchement voué à l’inachèvement, l’auto-traduction un travail de (mal)-citation de soi prolongeant le travail intra et intertextuel inscrit dans une œuvre qui ne cesse de se citer d’un texte à l’autre. Chaque texte est ainsi vu en concurrence avec son double, qui offre une vision décentrée du Moi et de son rapport avec le monde.

Notes

Moyenne

Pas de note

Avis des utilisateurs

Pas d'entrée