Description

Lorsque l’accident et la maladie s’imposent à vous, sur une longue période, vous n’évitez pas de sortir de l’épreuve transformé et votre relation à la vie et à la mort est profondément modifiée.
Accidenté au début du livre, l’auteur « est à terre » et l’enjeu est de savoir dans combien de temps et par quels moyens il garde une chance de guérison.
L’auteur apporte le témoignage de sa relation avec la maladie et le monde médical. Il constate les erreurs de jugement dont il a parfois été victime tout en essayant de les relativiser. Cependant, dans le même temps, son récit est largement positif vis-à-vis du corps médical et des médecins qui l’ont suivi. Il dit combien sa relation avec les infirmièr(e)s et les aides-soignantes lui a été précieuse dans sa vie quotidienne et les liens de sympathie qui savent s’établir à cette occasion. Il dit aussi l’importance de sa vie familiale pour faire face.
Compte tenu de son âge, au-delà des 85 ans, il fait partie de cette tranche d’âge dite « à risque » avec le COVID 19. Il tente donc une approche sociologique de ce monde âgé des centres de convalescence et des maisons de retraite dans lesquels il a été soigné. Il entame ainsi une double réflexion : d’une part, sur la place que nous donnons aux « vieux « dans la société, la part qu’ils y prennent et le rôle actif qu’ils devraient pouvoir y conserver dans l’intérêt même de la collectivité ; d’autre part, sur les rapports avec « la douleur », « les contraintes de l’âge » et la mort. Il fait la promotion d’une organisation lucide et libre de « la fin de vie » pour chacun, dans les conditions de son choix.
Ce témoignage est important et d’actualité par les sujets qu’il aborde ; mais il n’a d’autre ambition que d’ouvrir un dialogue.
Xavier Bilbault est né en 1933, marié, trois enfants. Il a été diplômé de l’Institut d’Etudes politiques de Paris en 1958, titulaire du certificat de sociologie générale en 1960. Docteur es Sciences économiques en 1968. Il a travaillé dans le groupe ELF de 1964 à 1995 et a terminé sa carrière avec le rang de Chef de Division. Il a été « Chargé d’études » à « Europe et Société » de 1989 à 1995. Il a dirigé plusieurs associations engagées dans la construction européenne et la création d’entreprises franco-africaines par des migrants. Il a été notamment président de la COFIDES Nord Sud (COopérative Financière pour le Développement de l’Economie Solidaire) de 1998 à 2004. Il a été successivement vice-Président et délégué Midi Pyrénées du SIAD (Service International d’Appui au Développement) de 2005 à 2015.

Notes

Moyenne

Pas de note

Avis des utilisateurs

Pas d'entrée