Description

Après avoir été détruite aux deux tiers de son tonnage pendant la seconde guerre mondiale, la Marine marchande française s’est reconstituée en moins de cinq ans. Elle a dû faire face, d’une part à la disparition de ses paquebots de ligne avec l’arrivée sur l’Atlantique nord des premiers avions long-courriers à réaction, d’autre part à la perte de substance du trafic des marchandises sur ses lignes traditionnelles, avec la décolonisation. Précédant en cela les dirigeants des grandes entreprises exportatrices françaises, les armateurs et le personnel navigant, dans leur conquête de nouveaux marchés, ont été confrontés à la question suivante : comment continuer à vivre avec le même niveau de protection sociale et de prévoyance et affronter de manière efficace et équitable la concurrence internationale ? Jusqu’à la fin des années 1970, la flotte française a relevé le défi, multipliant son tonnage par trois et passant en 1975 du 10e au 9e rang mondial. Cependant, après 1980, aux effets de la deuxième crise pétrolière s’ajoutent d’autres facteurs négatifs dont l’absence d’une politique maritime stable. La Marine marchande française connaît alors une récession suivie d’une stabilisation dans les années quatre-vingt-dix. Bernard Cassagnou décrit et explique ces deux grandes mutations, l’une positive, l’autre négative. Et comme le souligne Alain Plessis : « Il ne nous fait pas seulement découvrir ce secteur, sur lequel ce livre constitue désormais une référence obligée, il apporte une contribution à prendre en compte pour donner des réponses aux questions fondamentales que soulève l’histoire économique de la France contemporaine ». It took the French merchant navy less than five years to rebuild itself when it lost two-thirds of its tonnage in World War II. It had to deal with the disappearance of its liners as the first long-haul jet planes crossed the North Atlantic, and cope with a huge cut in goods traffic on its traditional shipping lanes due to decolonisation. Shipowners and crews had to solve a question in their quest for new markets long before it faced the heads of the major French exporting companies: how can we maintain our level of social protection and welfare while effectively and fairly taking on the international competition? The French fleet met this challenge through to the late 1970s, tripling its tonnage and rising from world 10th to 9th place in 1975. After 1980, however, the effects of the second oil crisis combined with other negative...

Notes

Moyenne

Pas de note

Avis des utilisateurs

Pas d'entrée